Quand la créativité est au service de la lutte anti-gaspi

Avec un peu d’imagination, on trouve bien souvent des idées pour recycler certains des déchets issus des aliments. Alors quand un architecte pense à une machine qui presse ses oranges, et fabrique des gobelets avec les épluchures restantes, on ne peut que tirer notre chapeau ! Une belle idée qui combine réduction des déchets plastiques, et valorisation des déchets alimentaires !

Article de 3dnatives, publié le 13/09/2019

Un bar à jus transforme les écorces d’oranges en gobelets imprimés en 3D



Un jus d’orange pressé dans un gobelet imprimé en 3D, ça vous tente ? C’est le projet imaginé par l’architecte Carlo Ratti qui a développé un presse-agrumes un peu particulier : celui-ci permet d’imprimer en 3D un gobelet à partir des écorces d’oranges utilisées pour faire le jus. Baptisée Feel the Peel, la machine vise à promouvoir l’économie circulaire dans notre quotidien, apportant une valeur ajoutée à nos déchets alimentaires les plus basiques. Un bar à jus expérimental a été installé afin de tester le dispositif de 3,10 mètres de haut ; de nombreux visiteurs ont ainsi pu profiter d’un jus d’orange pressé dans un petit verre en bio-plastique imprimé en 3D.

Dans le secteur de l’impression, il n’y a pas que le plastique qui peut être recyclé pour créer un tout nouveau filament. On peut en effet utiliser des déchets alimentaires en tout genre et, après un processus de transformation rigoureux, proposer des matériaux originaux et plus durables. C’est d’ailleurs toute l’idée derrière le projet néerlandais Upprinting Food qui revalorise des fruits et légumes pourris et du pain rassis en les transformant en petits plats savoureux. Carlo Ratti a quant à lui choisi les oranges.

La machine développée mesure 3,10 mètres de haut et peut contenir jusqu’à 1 500 oranges ! Elle est dotée d’une sorte de coupole qui permet de faire coulisser au fur et à mesure les agrumes. Lorsqu’une commande est passée, les oranges glissent dans le presse-agrumes, sont coupées en deux et leurs écorces tombe dans la partie inférieure de la machine, s’accumulant peu à peu. Elles sont alors séchées puis broyées pour obtenir une sorte de poudre dans laquelle est ajouté de l’acide polylactique (PLA) – les pelures deviennent bioplastiques. On obtient alors un filament qui peut être chauffé puis fondu par l’extrudeur de l’imprimante 3D, placée à l’intérieur du grand presse-agrume. L’imprimante a d’ailleurs été développée par le fabricant italien WASP, à l’origine de nombreux projets d’économie circulaire comme sa maison Gaia. L’imprimante fabrique couche par couche des gobelets recyclables qui peuvent directement être utilisés pour boire le jus fraîchement pressé.

Carlo Ratti ajoute : “Le principe de la circularité est un impératif pour les objets d’aujourd’hui. Nous avons essayé de le montrer de manière très concrète, en développant une machine qui nous aide à comprendre comment les oranges peuvent être utilisées bien au-delà de leur jus. Les prochaines itérations de Feel the Peel pourraient inclure de nouvelles fonctions, telles que l’impression de tissus pour créer des vêtements en peau d’orange.”

Le bar à jus devrait être exposé dans plusieurs coins de l’Italie dans les mois à venir afin de sensibiliser un maximum de personnes à ce concept d’économie circulaire. La prochaine étape sera le Singularity University Summit à Milan les 8 et 9 octobre 2019.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *